« Démos GXT 2.0 et GWT 1.6ORM, extensibilité et GWT »

14 commentaires

  1. § Pierre Tran Email said on :
    *****
    Bravo, excellente analyse ! Digne d'un analyste !
  2. § Yves G Email said on :
    *****
    bonne analyse, par contre tu oublies dans ta matrice un élément important qui est l'OS que Sun apporte avec Solaris.
  3. § Florent Email said on :
    *****
    Bonne analyse précise et bien argumentée !
    Voilà un communiqué de Oracle sur ce rachat : http://www.oracle.com/sun/sun-faq.pdf
  4. § Sami® Email said on :
    Merci !
    @Yves: très juste, j'ai noté Solaris dans le texte sans le mentionner dans la matrice. Du coup j'en ai profité pour la remettre à jour en précisant un code couleur gris clair lorsqu'il n'y avait rien (de sérieux) dans l'offre produit de l'éditeur. L'idée est de pouvoir mieux repérer visuellement les "trous" et les points de complémentarité :-)

    N'hésitez pas si j'ai oublié autre chose...
  5. § Rémi Email said on :
    Petite précision sur l'aspect Gestion des identités et des accès, Oracle offre principalement 2 solutions: OIM et OAM.

    Je parierai plutôt qu'Oracle garde Sun Identity Management pour la gestion des identités (avec utilisation d'une base Oracle ;) ). Pour ce qui est de l'access control et du SSO, à voir lequel va l'emporter entre OAM et OpenSSO ...
  6. § Luc D Email said on :
    Une des conséquences :
    la fuite de ceux qui hésitent entre .Net et Java EE vers .Net.
    Le retard de Java sur C# n'est pas prêt de se combler. J'espère me tromper pour ma part.
  7. § Romain Email said on :
    *****
    Très intéressant cet avis. J'apprécie particulièrement ce tableau, clair et précis !
  8. § Dominique De Vito Email said on :
    ****-
    "IBM aurait racheté Sun pour le faire mourir à petit feu, Oracle achète Sun pour se renforcer"

    J'aurais plutôt écrit :
    "IBM aurait racheté Sun pour le faire mourir à petit feu, Oracle achète Sun pour se renforcer en rongeant l'os jusqu'à la moelle... reste à savoir s'il va rester de la moelle (ou seulement la maintenance de la base installée) !" Entre les produits en double qui vont disparaitre, les départs de personnes (forcées ou par hésitation du management), les forks de communauté, les affaires d'ego, les affaires non rentables... difficile de savoir ce qui va en sortir de positif.

    Reste que si Oracle gère au début SUN comme BEA, Oracle va laisser pendant qques mois la situation de décanter en continuant "presque" comme si de rien n'était. Cela pourrait permettre d'y voir plus clair, de ne pas brusquer les choses et de faire de meilleurs choix pour tout le monde.

    Au fond, c'est quand même le grand flou, on en est réduit à qques hypothèses.
    Wait and see.
  9. § Claude Email said on :
    *****
    Je rajouterais que la base installée en production d'Oracle (le SGBD) tourne pour une grande partie sur Solaris Sparc. C'est aussi le cas en partie pour WebLogic. Assurer la survie de Sun au moins pour l'existant est dans l'intérêt de leurs clients (donc le leur quelque part).

    J'ai beaucoup vu IBM jouer la carte si vous achetez nos AIX, WebSphere, UDB et les outils de développement chez nous, on vous fait une remise massive sur WebSphere et on vous donne MQ en prime.
    Le trio Oracle BEA Sun s'ils arrivent à s'entendre pourra enfin se positionner correctement face à ces offres.

    Je ne suis pas sure que Oracle soit l'idéal, mais je voyais mal la logique industrielle d'IBM (à part récupérer le lead Java et jeter tout le reste).
  10. § Toub Email said on :
    ****-
    Bonjour, merci pour cette analyse.

    Au niveau SOA, Oracle possède également l'ESB de BEA : Aqualogic : http://www.oracle.com/technology/pub/articles/dev2arch/2006/09/aqualogic-bpm.html

    Je ne partage pas la conclusion, Oracle a des clients communs avec ceux de Sun, et ne peut les décevoir. Arrêter des projets serait un coup de pouce à la concurrence, que ce soit Microsoft ou IBM.

    Oracle annonce vouloir proposer une solution clés en mains, ce qui veut dire, des OS alternatifs à Windows, donc également appuyer OpenOffice (et peut-être StarOffice), poursuivre le développement de NetBean pour ne pas laisser trop de place à IBM, et positionner l'excellent Glassfish aux coté de Weblogic comme alternative libre.

    Ce n'est que spéculations, et c'est très optimiste. Nous verrons, donc...
  11. § Dominique De Vito Email said on :
    ****-
    Au fond, pour reprendre l'idée de Claude (cf. plus haut), Oracle a racheté SUN en partie pour des raisons défensives. Il aurait été dommage que Solaris, fort utilisé pour déployer Oracle, tombe dans les mains du concurrent IBM.

    Reste à savoir si Oracle va faire aussi un usage offensif de son acquisition...

    J'ai lu un post intéressant à ce sujet : http://www.psynixis.com/blog/2009/04/21/whats-the-vision-for-a-combined-oracle-sun/

  12. § Vlad Email said on :
    *****
    J'aurai bien voulu que IBm rachete Sun car cela aurai mit Netbeans à la poubelle et aurai augmenter les parts de marchés Eclipse.
    Mais bon c'est Oracle qui a racheté. :-)
    A mon avis Netbeans deviendra petit à petit l'atelier de référence d'Oracle et la concurrence avec Eclipse sera de plus en plus importante dans les années à venir :-)
    IBM et Oracle vont sans doute s'affronter sur la partie Java/jee en utlisant Eclipse et Netbeans comme des armes commerciales.
  13. § wek Email said on :
    ****-
    Bonjour

    Je suis en désaccord sur certains points avec cette analyse. En particulier concernant l'offre sécurité:
    - Identity Mgt: le recouvrement est assez important. Oracle a Oracle Identity Manager (via l'acquisition de Thor Technologies) et Oracle Role Manager (via l'acquisition de Bridgestream). Sun a Sun Identity Manager (via l'acquisition de Waveset) et Sun Role Manager (via l'acquisition de Vauu).
    - concernant la gestion des accès et la fédération, Sun OpenSSO est un produit qui est intégré et bien plus intéressant que les trois produits Oracle qui font à peu près la meme chose. Sans parler de la communauté autour de ce produit.
    - Directory Services: Oracle vient avec Oracle Internet Directory (OID) et Oracle Virtual Directory (OVD), Sun avec Sun Java System Directory Server (Sun DS) Enterprise Edition. Sun's Enterprise Edition inclue 3 parties: Directory Server, Directory Proxy Server and Identity Synchronization for Windows. Sun's Directory Server = Oracle Internet Directory, Sun's Directory Proxy Server = Oracle Virtual Directory et Sun's Identity Synchronization for Windows est proche de Oracle's Directory Integration Platform.
    Concernant l'OS: Oracle Enterprise Linux (OEL) ne sera pas abandonné complètement car l'offre Linux pour Oracle est importante (marché des petites et moyennes entreprises)
  14. § wek Email said on :
    L'évolution de la stratégie autour d'Oracle fusion me semble intéressante à observer. Oracle ne pourra maintenir Glassfish et Weblogic. Je pense que tous les projets Sun menés en dehors des JCP seront absorbés par BEA. De même que les frameworks maison Oracle utilisées pour leurs ERP (ADF par exemple).

    Je pense aussi que le grand gagnant de ce deal est ... Apache et l'open JDK. Le grand perdant sera Java EE et peut-être Java SE à terme.

    Pendant ce temps la Microsoft et Google mettent les bouchées double. Les plus isolés sont IBM et SAP.

Les commentaires sont fermés pour cet article.

Contact. ©2014 by sami Jaber. hébergement / Francois.
Design & icons by N.Design Studio. Skin by Tender Feelings adapted by Sami Jaber/ Evo Factory.